Accueil
À propos du site
Liste des sujets
Pages essentielles
Bibliographie
Aide
Commentaires
{forme correcte} Forme correcte
{forme fautive} Forme fautive
{exemple} Exemple

Noms de personnes > Adjectifs et noms dérivés de noms de compositeurs

La page suivante présente les divers suffixes permettant de faire référence à des personnes au moyen d'adjectifs.

Suffixes générateurs

-esque

Le suffixe -esque signifie qui ressemble à, qui suggère (ou rappelle) le style de, dans la tradition de, propre à, relatif à. Il n'est pas utilisé fréquemment en français avec les noms propres (du moins en musique), mais on le trouve à l'occasion en anglais, comme dans {exemple} the Chopinesque miniature. Le Petit Robert signale toutefois {exemple} chaplinesque, moliéresque et ubuesque dans sa section « Petit dictionnaire des suffixes du français ». Le suffixe -ien est habituellement préférable.

-ien

Le suffixe -ien sert à former des adjectifs signifiant propre à, caractéristique de, qui concerne, relatif à, et des noms voulant dire admirateur, partisan (ou ennemi, avec le préfixe anti). La prudence s'impose pour ce qui est de l'utilisation du suffixe lorsqu'il est question de dire p. ex. qu'une œuvre est d'un compositeur ou a été écrite par cette personne. La chose se fait dans d'autres langues, entre autres l'allemand et l'italien, mais est moins adaptée au français.

{forme correcte} la transcription par (ou de) Liszt du lied Erlkönig
{forme fautive} la transcription lisztienne du lied Erlkönig {mauvaise traduction de l'allemand « die Lisztsche Bearbeitung des Liedes Erlkönig »}

{exemple} adj., l'œuvre mahlérien, l'orchestre wagnérien, l'approche schenkérienne, l'univers ravélien, le répertoire brahmsien, le tragique verdien, une œuvre presque mozartienne, le scherzo brucknérien
{exemple} n., un mahlérien, un anti-mahlérien

-iste

Le suffixe -iste s'utilise plutôt que -ien dans le cas de certains noms se terminant par i ou y (satiste, debussyste) et de personnes associées à des controverses ou polémiques (franckiste, gluckiste, etc.). D'autres noms en i ou en y (rossinien, moussorgskien, paganinien, puccinien, stravinskien) exigent par contre le suffixe ien.

Le suffixe -iste peut aussi décrire un adepte d'une doctrine ou d'une théorie. Ainsi, un dodécaphoniste est un compositeur qui utilise la technique dodécaphonique, et un sérialiste quelqu'un qui se sert de la série. Cependant, on parlera d'une {forme correcte} œuvre dodécaphonique ou sérielle et non d'une {forme fautive} œuvre dodécaphoniste ou sérialiste, et on {forme correcte} compositeur dodécaphonique ou sériel et non {forme fautive} compositeur dodécaphoniste ou sérialiste.

{exemple} adj., wagnériste, la tentation wagnériste, le flou debussyste
{exemple} n., un wagnériste (partisan des doctrines de Wagner), un debussyste

-isme

Le suffixe -isme fait référence à une doctrine ou un courant de pensée.

{exemple} wagnérisme : doctrine, culte de Wagner ou courant musical associé à la pensée de Wagner; debussysme

-isant

On rencontre parfois le suffixe -isant dans le sens de qui rappelle ou qui suggère l'influence de. Cet emploi ne semble pas souhaitable.

{exemple} une tradition wagnérisante, une partition wagnérisante

Formes courantes

La liste suivante, limitée à des noms assez importants pour faire l'objet de dérivations, distingue entre les dérivations qui laissent les noms intacts et celles qui les modifient au moyen d'un accent aigu sur le e. On trouvera aussi certains adjectifs dérivés de noms d'écrivains. Les dérivations les plus usitées sont suivies d'un astérisque. On peut se demander si plusieurs des autres dérivations n'auraient pas avantage à être utilisées avec la plus grande parcimonie.

-ien (sans accent aigu sur le « e »)

bartókien
bergien
brahmsien*
busonien
chopinien {L'adjectif chopénien, qu'on lit parfois, ne paraît pas souhaitable, étant donné qu'il change une voyelle essentielle pour reconnaître le nom.}
donizettien
frescobaldien
glassien
haydnien
hugolien {dérivé de Victor Hugo}
kafkaïen
ligetien
lisztien*
monteverdien
moussorgskien
mozartien*
onéfien {dérivé de ONF (Office national du film)}
paganinien
palestrinien
puccinien
purcellien
rossinien*
scarlattien
schoenberg(u)ien {La dérivation schoenbergien est techniquement correcte mais présente le désavantage de ne pas préserver la prononciation du nom; elle semble d'ailleurs plus usitée.}
schubertien
scriabinien
straussien
stravinskien, stravinskyen {en fonction de l'orthographe retenue}
szymanowskien
verdien
vivaldien
webernien
zemlinskyen

-ien (avec accent aigu sur le « e »)

À l'exception des formes les plus courantes, répertoriées dans les dictionnaires, ou de celles dérivées d'un nom comportant déjà un accent, il est difficile de se prononcer de façon catégorique dans les cas suivants. L'utilisation de l'accent aigu ne fait que suivre le principe des noms les plus connus, mais elle ne devrait pas être vue comme un absolu.

beethovénien*
boulézien*
brucknérien*
cagéen*
fauréen
goethéen
handélien
mahlérien*
napoléonien
ravélien
roussélien
schenkérien
varésien {changement d'accent grave à aigu}
wagnérien*
webérien

-iste

d'indyste
debussyste
franckiste
gluckiste
lullyste
ramiste, ramellien {Ces deux adjectifs, dont le premier est de loin le plus courante, font référence à Jean-Philippe Rameau. L'adjectif anglais est Rameauvian.}
rousseauiste
satiste {dérivation de Satie; disparition du e final}

Formes peu euphoniques et rares ou non utilisées

bachien
cherubinien
chopénien
ivesien
massenetien
messiaenien {Le nom d'Olivier Messiaen pose un problème particulier. La dérivation messiaenien est peu usitée, et (malgré l'importance de la foi pour le compositeur) les dérivations messianique ou messiaenique ne paraissent pas appropriées puisque le mot (dans la forme sans e) veut dire « relatif à la venue d'un messie ».}
pergolésien {Les dérivations pergolésien et pergolèsien permettent de conserver respectivement les prononciations italienne et française. Malgré tout, il semble préférable de ne pas utiliser de dérivation dans ce cas.}
prokofiévien
rimski-korsakovien
rodriguien {De manière à conserver la prononciation de la dernière syllabe, rodriguien semble préférable à rodrigien; il vaut peut-être mieux tout simplement éviter la dérivation.}
sibeliusien
xenakisien

Accueil | À propos du site | Liste des sujets | Pages essentielles | Bibliographie
Aide | Modifications récentes et nouvelles | Commentaires | Au sujet de l'auteur

Prix pour la promotion d'une langue de qualité dans l'enseignement collégial et universitaire
Gala des Mérites du français 2003 de l'Office québécois de la langue française

Le GDRM décline toute responsabilité quant à la validité et à la pérennité des liens Internet fournis
ainsi qu’à l’exactitude et au caractère des données qu'ils renferment.

Date de dernière modification : 2018-09-02
© Marc-André Roberge 2018
Guide des difficultés de rédaction en musique (GDRM)
Faculté de musique, Université Laval, Québec