Accueil
À propos du site
Liste des sujets
Pages essentielles
Bibliographie
Aide
Commentaires
{forme correcte} Forme correcte
{forme fautive} Forme fautive
{exemple} Exemple

Terminologie et langues étrangères > Utilisation de mots étrangers à l'intérieur de textes

Il est difficile d'écrire un texte sur la musique sans avoir à utiliser des titres et des mots ou expressions en langue étrangère. La page suivante propose quelques règles et principes permettant de s'acquitter de cette tâche dans le respect des traditions de ces langues et d'éviter de faire sursauter les lecteurs étrangers.

Signes diacritiques

Respect

Les signes diacritiques sont des signes (accents, cédilles, trémas, etc.) servant à modifier la prononciation d'un mot. Ils permettent de distinguer p. ex. entre Faure et Fauré, d'où l'importance de toujours les utiliser sur les majuscules, même et ce, si l'usage en France semble encore parfois flottant. On respectera cependant la graphie utilisée dans une source que l'on cite, quitte à attirer l'attention sur l'erreur si le contexte justifie la précision.

{exemple} Faure [sic]
{exemple} Faure [recte Fauré]

En outre, il faut respecter la graphie exacte des signes et ne pas utiliser un caractère incorrect en confondant deux signes ou à la place d'un caractère qui ne fait pas partie de la police utilisée. Ainsi, il ne faut pas confondre â et ă (roumain), ñ et ň (portugais, tchèque et slovaque) et β et ß (grec et allemand).

{forme correcte} Brăiloiu, Její pastorkyňa, Große Fuge
{forme fautive} Brâiloiu, Její pastorkyña, Groβe Fuge

Utilisation sur les majuscules

Comme l'utilisation des signes diacritiques sur les majuscules est encore assez récente en français, il va de soi qu'il peut être nécessaire d'ajuster certains mots ou titres provenant de textes plus anciens. À moins que le contexte de rédaction ne soit celui d'une compilation bibliographique où une reproduction exacte peut être considérée comme essentielle, on pourra facilement ajouter un accent à une majuscule dans un titre ou une dédicace.

{forme correcte} À la mémoire de mon ami […]
{forme fautive} A la mémoire de mon ami […]

Genre des mots et des sigles

Deux possibilités s'offrent quant au genre lorsqu'il s'agit d'incorporer un mot ou un sigle dans un texte en français. On peut utiliser soit le genre que possède le mot dans la langue d'origine, soit celui de l'équivalent français. La première solution est généralement la meilleure.

{exemple} la Deutsche Oper {n.f. Oper}; le Deutsche Oper (n.m., opéra)
{exemple} le Totentanz {n.m. Tanz}; la Totentanz {n.f. danse}

Dans le cas des mots neutres, en allemand par exemple, on utilisera généralement le genre de l'équivalent français.

{exemple} Dans le Buch der hängenden Gärten, Schoenberg […]
{exemple} Dans Das Buch der hängenden Gärten, Schoenberg […] {pour contourner le problème}

Pour les mots anglais, qui ne possèdent pas de genre, on utilise celui de l'équivalent français.

{exemple} la BBC {n.f. société, corporation}

Article avec les noms et titres dans une langue étrangère

Lorsqu'on doit utiliser la préposition à avec un nom d'organisme ou de lieu dans une autre langue, on ajoute généralement l'article correspondant au nom français.

{exemple} Il a étudié la musicologie à la McGill University. {comme on dirait à l'Université Laval}

Il est plus difficile de trancher dans d'autres cas.

{exemple} Elle a fait ses débuts à (au) Carnegie Hall {comme on dirait au Grand Théâtre de Québec, ou à la Carnegie Hall (puisque le mot correspondant, salle, est féminin)}

L'article qui précède ou pourrait précéder le nom d'un organisme ou d'une publication doit généralement se fondre avec la langue et la typographie du texte. En d'autres mots, il faut écrire l'article en français et le composer en romain, même si l'on a choisi d'écrire le nom en italique. C'est seulement lorsqu'il est important de donner le nom ou le titre complet, à plus forte raison dans une liste, qu'il convient de conserver l'article si celui-ci fait partie de la raison sociale de l'établissement ou de l'organisme.

{forme correcte} Ils ont étudié dans une école américaine prestigieuse, la Juilliard School.
{forme fautive} Ils ont étudié dans une école américaine prestigieuse, the Juilliard School.

{forme correcte} Citer un article tiré du New Grove.
{forme fautive} Citer un article tiré de The New Grove.

{exemple} Trevor Pinnock a fondé en 1973 un ensemble appelé The English Concert.

Citation d'expressions et de titres dans des langues à déclinaison

Lorsqu'on cite une expression ou un titre d'œuvre à partir d'un texte écrit dans une langue à déclinaison, comme l'allemand, et que le contexte du passage cité a obligé l'auteur de la source à utiliser l'accusatif, le datif ou le génitif, on doit revenir au nominatif dans le texte français pour éviter une terminaison incorrecte.

{exemple} Phrase de départ : In den Meistersingern von Nürnberg bedient sich Wagner der Bar-Form.
{forme correcte} Dans Die Meistersinger von Nürnberg, Wagner se sert de la forme Bar.
{forme fautive} Dans Den Meistersingern von Nürnberg, Wagner se sert de la forme Bar.

{exemple} Phrase de départ (mention au bas d'une page de titre d'une partition du XIXe siècle) : Stich und Druck von B. Schott's Söhnen in Mainz.
{forme correcte} Gravure et impression de B. Schott's Söhne à Mayence.
{forme fautive} Gravure et impression de B. Schott's Söhnen à Mayence.

Il faut aussi se méfier des expressions allemandes composées d'un article, d'un adjectif décliné et d'un substantif. Ici, l'adjectif ne possède pas de terminaison lorsqu'il est utilisé au nominatif avec l'article (der steigende Zug), mais en reçoit une lorsque l'article est omis (steigender Zug). L'adjectif utilisé dans l'expression allemande isolée et reprise dans le texte français doit refléter le genre du mot (masculin dans l'exemple).

{exemple} Phrase de départ : Der steigende Zug ist ein wichtiger Begriff der Lehre Schenkers.
{forme correcte} La ligne ascendante (steigender Zug) est un concept important de l'enseignement de Schenker.
{forme fautive} La ligne ascendante (steigende Zug) est un concept important de l'enseignement de Schenker.
{forme fautive} La ligne ascendante (der steigende Zug) est un concept important de l'enseignement de Schenker.

{exemple} Phrase de départ : Die Uraufführung seines Konzerts fand beim dritten Festspiel des Allgemeinen Deutschen Musikvereins statt.
{forme correcte} La création de son concerto a été donnée lors du troisième festival du Allgemeiner Deutscher Musikverein. {On pourrait se permettre d'écrire de l'Allgemeiner Deutscher Musikverein.}
{forme fautive} La création de son concerto a été donnée lors du troisième festival du Allgemeinen Deutschen Musikverein.

Dans le cas de titres d'œuvres comportant un article, un adjectif et un substantif, il est préférable de ne pas retrancher l'article de façon à éviter de créer une forme ne correspondant pas à ce que le lecteur a l'habitude de lire en accordant l'adjectif correctement.

{forme correcte} Alban Berg a préparé en 1911 la réduction pour piano de l'opéra Der ferne Klang de Franz Schreker.
{forme correcte} Alban Berg a préparé en 1911 la réduction pour piano de Der ferne Klang de Franz Schreker.
{forme correcte} Alban Berg a préparé en 1911 la réduction pour piano du Ferner Klang de Schreker. {techniquement correct mais à éviter}
{forme fautive} Alban Berg a préparé en 1911 la réduction pour piano du Ferne Klang de Schreker.

Division en syllabes

La section suivante attire l'attention sur les principaux problèmes posés par la division en syllables dans quelques langues fréquentes dans un contexte musical. Elle ne cherche pas à résumer l'ensemble des règles. Un bonne lecture d'épreuves impose de vérifier toutes les fins de lignes pour s'assurer que le logiciel, utilisant son dictionnaire par défaut, n'a pas mal divisé des noms ou des titres dans des langues autres que celle du texte.

Français

En français, on coupe entre deux voyelles uniquement quand la première fait partie d'un élément servant à former un mot, p. ex. extra / ordinaire. On ne divise donc pas des mots comme foyer, pays et Noël. On doit cependant faire une exception lorsqu'on met un texte en musique. Ainsi, on pourra écrire foy / er, pa / ys et No / ël. On devra faire confiance à l'interprète pour qu'il prononce les mots correctement. Des graphies très détaillées comme foy / (y)er et pa(y) / ys seraient possibles mais seraient encombrantes.

Latin

Les mots latins comportant deux consonnes ou plus sont généralement divisés avant la dernière consonne (division traditionnelle). Malgré les règles traditionnelles, les éditions musicales soignées divisent habituellement entre une voyelle et une consonne de manière à éviter de suggérer que la vocalisation se fait sur une voyelle (division musicale). La liste suivante regroupe quelques mots fréquents dans les textes latins souvent mis en musique.

Division traditionnelle Division musicale
afflic / ti affli / cti
bap / tisma ba / ptisma
Chris / te Chri / ste
des / cendit de / scendit
expec / to expe / cto
om / nipotentem o / mnipotentem
pas / tor pa / stor
resurec / tionem resure / ctionem
sanc / tum san / ctum
scrip / turas scri / pturas

Allemand

Il faut être prudent lorsqu'on transcrit des textes en allemand et consulter p. ex. le volume Die deutsche Rechtschreibung de Duden, qui fournit l'emplacement de toutes les divisions possibles. Jusqu'à la réforme de l'orthographe en 1996, un mot contenant le groupe de consonnes ck devenait kk lorsqu'il était coupé.

{exemple} Hans Heinz Stuckenschmidt : Stuk- / kenschmidt (ancienne règle), Stu- / ckenschmidt (nouvelle règle)
{exemple} « und auf uns sinkt des Glückes sturmes Schweifen : des Glük- / kes (Richard Strauss, Morgen, op. 27, no 4; texte de John Henry Mackay)
{exemple} glockenspiel : glok- / kenspiel (ancienne règle), glo- / ckenspiel (nouvelle règle)

Cette particularité de division entraînant une modification peut se retrouver dans d'autres langues. Par exemple, en hongrois, le préfixe verbal össze- se divise ösz / sze.

Il faut couper entre les mots résultant d'une juxtaposition en fonction de leur formation et non d'une manière qui en obscurcirait le sens.

{forme correcte} Sing / spiel {chant, jeu}
{forme fautive} Sings / piel

Même si plusieurs divisions sont possibles, on choisira de préférence celle qui correspond à l'endroit le plus logique.

{forme correcte} Sprech / gesang {parlé, chant}
{forme fautive} Sprechge / sang

On ne divise pas les mots composés d'une seule syllable.

{forme correcte} Jonny spielt auf {titre d'un opéra d'Ernst Krenek}
{forme fautive} Jonny spi / elt auf

Comme le Eszett (ß) qui est un caractère unique, son équivalent écrit sous la forme du double s est rejeté à la ligne suivante. Il ne faut pas utiliser la lettre minuscule grecque β comme équivalent du Eszett.

{exemple} Friedrich der Gro / ße, Friedrich der Gro / sse {Pour éviter une syllable de deux ou trois lettres, il vaudrait cependant mieux ne pas diviser.}

Russe

Il faut porter une attention particulière à la lettre Щ (šča), qui ne devrait pas être divisée en deux dans la translittération ou la transcription.

{forme correcte} La Khovan / chtchina {Titre d'un opéra de Modeste Moussorgski}
{forme fautive} La Khovanch / tchina

Titres de publications en plus d'une langue

Dans le cas d'une revue publiant dans plus d'une langue, on utilise le titre qui correspond à la langue du texte.

{exemple} Le premier numéro de la Revue de musique des universités canadiennes est paru en 1980.

Dans les références bibliographiques, on utilise pour faire référence à un article le titre de la revue qui correspond à la langue du texte en question cité plutôt que du titre bilingue.

{forme correcte} Canadian University Music Review {pour un article en anglais}
{forme correcte} Revue de musique des universités canadiennes {pour un article en français}
{forme fautive} Canadian University Music Review/Revue de musique des universités canadiennes

Accueil | À propos du site | Liste des sujets | Pages essentielles | Bibliographie
Aide | Modifications récentes et nouvelles | Commentaires | Au sujet de l'auteur

Prix pour la promotion d'une langue de qualité dans l'enseignement collégial et universitaire
Gala des Mérites du français 2003 de l'Office québécois de la langue française

Le GDRM décline toute responsabilité quant à la validité et à la pérennité des liens Internet fournis
ainsi qu’à l’exactitude et au caractère des données qu'ils renferment.

Date de dernière modification : 2018-11-02
© Marc-André Roberge 2018
Guide des difficultés de rédaction en musique (GDRM)
Faculté de musique, Université Laval, Québec