Accueil
À propos du site
Liste des sujets
Pages essentielles
Bibliographie
Aide
Commentaires
{forme correcte} Forme correcte
{forme fautive} Forme fautive
{exemple} Exemple

Terminologie et langues étrangères > Notes, mesures, accords, etc.

Cette page contient des caractères qui exigent des fontes Times New Roman ou Arial récentes,
voire la fonte Arial Unicode MS. Pour plus de détails, voir l'aide.

La page suivante clarifie de nombreuses questions typographiques, stylistiques et pratiques relatives aux mots désignant les notes, les intervalles, les accords et les mesures, non seulement en français mais aussi en anglais et en allemand. Elle fournit aussi les équivalents anglais pour les principaux accords classés.

Noms des notes, des intervalles et des accords

Noms des notes et des altérations

Face : Une note utilisée de façon autonymique, c'est-à-dire pour faire référence à elle-même, s'écrit en italique. On compose cependant dans la même face que le titre qui la contient lorsqu'il s'agit d'une référence à la tonalité.

{exemple} Le premier do de la troisième mesure
{exemple} Sonate en mi bémol majeur
{exemple} Sonate en do majeur

Casse : Le nom d'une note s'écrit avec une minuscule, y compris lorsqu'elle forme un mot composé avec contre.

Un fa répété pendant quatre mesures
Le ténor a brillamment chanté son contre-ut.

Utilisation du mot contre : Lorsqu'un nom de note est composé avec le mot contre, on n'utilise pas une face différente pour la note. On ne compose donc pas en italique dans un texte en romain et inversement. Le nom de la note s'écrit toujours avec une minuscule.

{exemple} Ce ténor atteint facilement le contre-ut.

Do et ut : Le mot ut a nettement vieilli, et il est préférable d'utiliser do, qui correspond à la syllabe chantée en solfège.

Pluriel des notes et des altérations : Les noms des notes, comme les mots dièse, bémol et bécarre, restent invariables au pluriel. Par analogie, la même règle s'applique au double dièse et au double bémol.

{exemple} des do, des bémol, des fa dièse, des la bécarre
{exemple} des do double dièse, des mi double bémol
{exemple} les neuf contre-ut de l'air « Ah! mes amis, quel jour de fête! » dans La fille du régiment

Altérations : Il est préférable d'écrire au long les mots dièse, bémol et bécarre dans des textes généraux et de réserver les symboles aux textes analytiques. En effet, il est probable qu'un imprimeur non spécialisé dans les publications savantes, comme c'est le cas pour les journaux et les revues populaires, ne pourra (ou ne saura) reproduire le symbole. Si le contexte s'y prête, on utilise les symboles exacts (♭, ♮, ♯), que l'on peut obtenir (dans la mesure où les logiciels le permettent) en utilisant les techniques ou codes présentés dans le tableau ci-dessous.

On ne doit jamais utiliser des approximations comme la lettre b pour le bémol (même en exposant) et le symbole # (carré, fagot; angl. pound sign) pour le dièse. Il s'agit d'un signe trop évident d'amateurisme.

{forme correcte} Wolfgang Amadeus Mozart, Concerto pour piano et orchestre no 9 en mi bémol majeur, K. 271
{forme fautive} Wolfgang Amadeus Mozart, Concerto pour piano et orchestre no 9 en mi majeur, K. 271

{forme correcte} Une étude en fa mineur
{forme fautive} Une étude en fa# mineur
{forme correcte} Une symphonie en si majeur
{forme fautive} Une symphonie en sib majeur

Codes requis pour produire les bémols, bécarres et dièses

Le tableau suivant fournit les codes numériques ou les combinaisons de touches permettant de composer les bémols, bécarres et dièses sous Unicode, en langage HTML 4 et dans les principaux logiciels de traitement de texte (les versions récentes de Microsoft Word fonctionnant sous Windows XP supportent Unicode). Dans une page Web, seuls les codes décimaux et hexadécimaux avec une fonte appropriée semblent fonctionner.

Microsoft Word permet de saisir les symboles Unicode en faisant Insertion | Caractères spéciaux | Symboles, puis en choisissant la police Arial Unicode MS (nom de fichier : ARIALUNI.TTF), MS Reference Sans Serif (REFSAN.TTF) ou Lucida Sans Unicode (nom de fichier : L_10646.TTF) et, pour les dièses, bémols et bécarres, le sous-ensemble « Symboles divers ». MS Reference Sans Serif semble la fonte la mieux adaptée puisqu'elle ne change pas l'interligne comme le fait Arial Unicode MS.

Le raccourci clavier (suggéré dans le coin inférieur droit de la boîte de dialogue) consistant à écrire le numéro du caractère Unicode et ensuite de taper immédiatement Alt+X ne fonctionne pas; le raccourci non documenté Alt+C fonctionne cependant. Il existe d'ailleurs plusieurs raccourcis clavier inactifs dans les versions françaises de Microsoft Office 2003; voir le document Not all keyboard shortcuts that are specified in Help work as expected in Office 2003 programs, qui ne mentionne ni Alt+X ni Alt+C. On peut aussi télécharger la macro ToggleUnicode2000 de Klaus Linke et l'enregistrer dans normal.dot en l'affectant à la combinaison Alt+X (ou à une autre touche de raccourci).

Caractère Unicode HTML 4 Microsoft
Word (Windows XP)
Corel
WordPerfect
Bémol U+266D ♭
♭
♭
266D, Alt+X (en fait Alt+C) Ctrl+W : 5,28
Bécarre U+266E ♮
♮
♮
266E, Alt+X (en fait Alt+C) Ctrl+W : 5,29
Dièse U+266F ♯
♯
♯
266F, Alt+X (en fait Alt+C) Ctrl+W : 5,27

Autres symboles musicaux : Le standard Unicode 4.1 comporte 219 symboles musicaux (PDF Symboles musicaux occidentaux, Intervalle : 1D100-1D1FF; dernier symbole utilisé : 1D1DD) ainsi que 246 symboles pour la notation musicale byzantine (PDF Symboles musicaux byzantins, Intervalle : 1D000-1D0FF; dernier symbole utilisé : 1D0F5). En attendant que les logiciels de traitement de texte permettent d'utiliser tous ces caractères et que les fontes fournies avec les systèmes d'exploitation y donnent accès, on peut se servir de la fonte Rousseau, qui permet d'insérer les symboles courants dans un texte en respectant d'assez près l'interligne (il peut être nécessaire d'utiliser une fonte légèrement plus petite pour les symboles).

Intervalles : Dans un texte, il est préférable d'écrire au long les noms des intervalles (seconde majeure, tierce mineure, quinte juste, etc.) ainsi que leur qualité (juste, augmentée, diminuée) plutôt que d'utiliser des abréviations (2de, 3ce, 4te, 5te, 6te, 7e, 8ve; j., aug., dim.). On peut cependant se servir d'une notation abrégée à l'intérieur d'une liste ou dans un exemple musical (2M, 2m, 2+, 2-; 4J, T).

Les adjectifs majeur, mineur, augmenté et diminué s'accordent avec le nom de l'intervalle (seconde, tierce, etc.), donc au féminin, et non avec le mot intervalle qui pourrait précéder.

{forme correcte} Un intervalle de quinte diminuée {C'est la quinte qui est diminuée, et non l'intervalle.}
{forme fautive} Un intervalle de quinte diminué

Théorie des ensembles : Les ensembles (sets), les formes premières et les vecteurs d'intervalles s'écrivent de la façon suivante.

{exemple} 4-1, [0,1,2,3], < 321000> ou (321000) = B-A-C-H (si, la, do, si)
{exemple} 7-Z36, [0,1,2,3,5,6,8], < 444342> ou (444342)

Noms des valeurs de notes dans les principales langues

Le tableau suivant donne les équivalences pour les noms des valeurs de notes en américain, en anglais et en allemand. Le suffixe note peut être ajouté à tous les termes allemands, qui, comme les termes français, sont féminins. Les abréviations S, DS, HDS et SHDS (ou QHDS) peuvent servir à mémoriser les noms des quatre plus petites divisions de la ronde en anglais britannique.

Le pluriel des noms de notes en français s'obtient en ajoutant un s au mot ou à chacun des mots, p. ex. doubles croches. Il n'y a pas de trait d'union entre les mots.

Pour une documentation relative à quelques cas extrêmes allant au delà des termes répertoriés ici, voir l'article Wikipédia pour Two hundred fifty-sixth note.

Français Américain Anglais Allemand
double ronde double whole note breve {Le mot ne doit pas laisser penser qu'il s'agit d'une note de courte durée.} Doppelganze
ronde whole note semibreve {Le préfixe semi ne doit pas laisser penser qu'il s'agit d'une blanche (half note).} Ganze
blanche half note minim Halbe
noire quarter note crotchet Viertel
croche eighth note quaver Achtel
double croche sixteenth note semiquaver Sechzehntel
triple croche thirty-second note demisemiquaver Zweiunddreißigstel
quadruple croche sixty-fourth note hemidemisemiquaver Vierundsechzigstel
quintuple croche one hundred and twenty-eighth note semihemidemisemiquaver ou quasihemidemisemiquaver Hundert und achtundzwanzigstel

Désignations des notes, des modes et des altérations

Notes : Il est essentiel de connaître les correspondances entre les noms de notes en français et en anglais compte tenu de leur fréquence d'utilisation dans le monde du disque et de la musique populaire. Les noms allemands peuvent être utiles pour lire correctement les indications de titres sur certains disques et partitions. Il y a correspondance entre l'anglais et l'allemand sauf pour le si, qui se dit B en anglais et H en allemand, B correspondant au si bémol dans cette langue.

Pour le français et l'anglais, on ajoute les mots (double) dièse ou (double) sharp et (double) bémol ou (double) flat; en allemand, on colle les terminaisons en (is)is, (es)es, ses ou sas à la lettre identifiant la note en tenant compte des variantes imposées par l'euphonie et illustrées au tableau suivant.

Français do mi fa sol la si si bémol
Anglais C D E F G A B  
Allemand C D E F G A H  
  Doppel-Kreuz

isis

 
  Kreuz

is

  Be

es

s

es

s B
  Doppel-Be

eses

ses

eses

sas eses

Altérations et modes : Le tableau suivant regroupe les formes française, anglaise et allemande des noms des cinq altérations et des deux modes.

Français Anglais Allemand
double bémol double flat Doppel-Be
bémol flat Be
bécarre natural Auflösungszeichen ou Quadrat
dièse sharp Kreuz
double dièse double sharp Doppelkreuz
majeur major Dur
mineur minor moll

Typographie :

En anglais américain, on forme le nom d'une tonalité en ajoutant à la note celui de l'altération (précédée d'un trait d'union, idéalement insécable; pas de trait d'union en anglais britannique) et du mode.

{exemple} F-sharp major, A-flat minor, C-double sharp, E-double flat

On n'utilise cependant pas le trait d'union quand on utilise le symbole plutôt que le nom.

{exemple} the key of F major

En allemand, les noms de notes s'écrivent avec une majuscule pour les tonalités majeures (Dur) et avec un minuscule pour les tonalités mineures (moll). L'indication du mode est séparée par un trait d'union du nom de la note tel que formé à l'aide de la terminaison requise et la préposition in ne s'utilise pas entre le nom de la forme et la tonalité.

{exemple} Klavierkonzert C-Dur, d-moll, Cis-Dur, cis-moll (Concerto pour piano en do majeur, ré mineur, do dièse majeur, do dièse mineur)

Désignation des registres

Le New Grove Dictionary of Music and Musicians (art. « Pitch notation » de la première édition et « Pitch nomenclature » de la deuxième édition) illustre sept conventions relatives à la désignation des registres. La convention généralement utilisée en France est la troisième (illustrée ci-dessous, mais sans qu'il n'ait été possible de reproduire les exposants), qui appelle do1 le do situé sous la portée en clé de fa et utilise des chiffres négatifs pour les deux octaves inférieures. Le do-2 correspond donc à la note la plus grave du piano Bösendorfer Imperial (modèle 290), qui comprend 97 notes (8 octaves complètes plus la répétition du dernier do aigu).

La pratique courante favorise l'utilisation de chiffres en exposant plutôt qu'en indice; il est aussi nettement préférable de dire do plutôt que ut. Dans les textes où la hauteur des sons est importante, on indiquera le système utilisé dans une note placée à un endroit approprié.

Désignation des registres

Numérotation des mesures

Numérotation : Les mesures d'une partition se numérotent en commençant avec la première mesure complète; en d'autres mots, on ne compte pas l'anacrouse, qui fait partie d'une « mesure 0 ».

Position et face des numéros : Les numéros s'écrivent au début de chaque système, généralement en italique. Dans le cas où un système commence par la seconde partie d'une mesure reportée du système précédent, le numéro est placé entre parenthèses au début du système ou encore au début de la première mesure complète. Les logiciels de notation professionnels placent les numéros de mesures à l'endroit le plus esthétique possible, et il est préférable d'avoir de bonnes raisons si l'on veut les placer ailleurs.

Précautions : Compte tenu du risque d'erreur considérable, on ne devrait pas utiliser l'encre mais simplement un crayon pour numéroter une partition. Ce faisant, il faut :

Numérotation ancienne par 10 : Enfin, il faut se méfier de la numérotation inscrite dans certaines partitions allemandes et autrichiennes du début du XXe siècle sous la forme de chiffres encadrés ou encerclés de 10 en 10 mesures. Le chiffre indiquant la dizaine, souvent placé à cheval entre deux mesures, voire légèrement du côté de la mesure suivante, identifie souvent la mesure (p. ex. 10, 20, 30) qui vient de se terminer. Il faut donc compter les 10 premières mesures pour savoir si le chiffre numérote la dizaine qui commence ou qui termine.

Aide à la numérotation des mesures : Si l'on doit rédiger un ouvrage ou une thèse portant sur une œuvre de grandes dimensions dont il n'existe pas d'édition avec mesures numérotées ou dont on peut trouver plusieurs éditions, on aidera ses lecteurs en fournissant une liste des numéros de mesures correspondant aux moments importants de l'œuvre (repères numériques, changements de tempo ou d'armature) ou encore à des paroles précises dans le cas d'une œuvre vocale. Ceci leur permettra de numéroter facilement les mesures de leur édition en évitant de faire des erreurs qui les obligeraient à tout vérifier, à effacer et à recommencer.

Pour ce faire, on peut utiliser la technique a été utilisée par Alfred Lorenz dans son ouvrage Das Geheimnis der Form bei Richard Wagner, 4 vol. (Berlin : Max Hesses Verlag, 1924-33). Dans le cas d'un opéra, il s'agit de fournir une liste des correspondances, par intervalles d'une centaine de mesures, entre mesures et lignes de texte. L'exemple suivant est tiré de la liste pour le premier acte de Siegfried. On doit fournir assez de mots pour que le tout ait de la cohérence grammaticale, et on utilise des parenthèses pour isoler les mots qui n'appartiennent pas à la mesure en question.

{exemple} 600 zu) lernen ge(lang mir nie
700 die) Fische im (Bach
800 So) ruhten im Busch auch (Rehe

Boîtes de reprise (prima volta, seconda volta) : Lorsqu'une pièce comporte des boîtes de reprise, on ajoute la lettre a au chiffre de chaque mesure de la première boîte, puis on reprend la même numérotation dans la deuxième boîte en ajoutant la lettre b. On revient à la numérotation normale lorsque le nombre de mesures avec des lettres est égal de part de d'autre de la barre de reprise. C'est donc le contenu de la deuxième boîte qui détermine le nombre de mesures d'une pièce. Dans le cas peu fréquent d'une terza volta, on utilise la lettre c pour le contenu de la troisième boîte.

Boîtes de reprise (prima volta, seconda volta)

Références de type « pages/systèmes/mesures » : Pour faire référence à un passage d'une œuvre sans numéros de mesures, on peut fournir, séparés par une barre oblique, la page, le système et la ou les mesures visées. Comme il faut alors préciser l'édition utilisée et que le lecteur doit posséder la même édition, ce type de référence est peu pratique dans le cas d'œuvres dont il existe plusieurs éditions.

{exemple} p. 123/3/4-5

Références à une partition non numérotée mais avec chiffres de répétition : Pour faire référence aux mesures d'une partition non numérotée, on peut utiliser une graphie précisant le nombre de mesures avant et après le chiffre de répétition, où la mesure en question correspond à 0.

{exemple} 245-562 (de la deuxième mesure avant le chiffre 45 jusqu'à la deuxième mesure après le chiffre 56)

Localisation précise de passages dans des rapports critiques

Portées : Dans le cas d'œuvres notées sur des sytèmes de plusieurs portées, comme le piano, on désigne une portée par une lettre minuscule à la suite du numéro de mesure en commençant par la portée du haut. Dans les autres cas, on utilise le nom de l'instrument ou son abréviation.

Temps ou note : Lorsqu'on veut faire référence avec précision à un temps ou à une note, la méthode la plus précise consiste à utiliser des fractions dans lesquelles le numérateur correspond à la position de la note et le dénominateur à la valeur de note. Pour désigner une note à l'intérieur d'un temps, on ajoute une deuxième fraction à la suite d'un deux-points.

Mesure Localisation Commentaire
21a 2, 3/4 [mes. 21, portée du haut; deuxième et troisième noires]
26b 3/4 : 3/16 [mes. 26, portée du milieu; troisième noire, troisième double croche]
43c 2/4 : 4/16 [mes. 43, portée du bas; deuxième noire, quatrième double croche]

Références aux mesures et aux pages

À l'intérieur d'une phrase : On écrit les mots mesure et page au long et on utilise la préposition à pour relier les nombres (et non les abréviations et le trait d'union). Il faut mettre les mots au pluriel lorsqu'il est question d'un groupe de mesures ou de pages.

{forme correcte} Le compositeur utilise la technique aux mesures 25 à 40.
{forme fautive} Le compositeur utilise la technique aux mes. 25 à 40.
{forme fautive} Le compositeur utilise la technique de la mesure 25 à 40.

{forme correcte} Les pages 8 à 10 fournissent un bon exemple de cette technique.
{forme fautive} Les p. 8 à 10 fournissent un bon exemple de cette technique.
{forme fautive} Les pages 8-10 fournissent un bon exemple de cette technique.

Dans une référence entre parenthèses : On écrit les abréviations des mots mesure et page et on relie les nombres avec un trait d'union (tiret demi-cadratin en typographie anglaise).

{exemple} Le même procédé revient plus loin (mes. 25-40).
{exemple} Le deuxième mouvement (p. 23-36) est un scherzo.

Indications de tempo et de dynamique

Les indications de tempo se composent en italique, et ce, en utilisant des majuscules uniquement lorsque la chose est essentielle.

{exemple} Allegro moderato, Andante amoroso

Les abréviations fréquentes dans les partitions publiées au XIXe siècle ne sont plus usitées : Allo, Andte, Andno.

Les indications de dynamique peuvent être composées simplement en gras italique de manière à imiter la fonte utilisée en notation musicale. On peut aussi utiliser la fonte Rousseau pour plus d'exactitude, mais il faut être conscient que l'interligne ne sera pas parfait. Le deuxième exemple montre qu'utiliser trois fois la lettre f avec cette fonte ne donne pas le même résultat que trois fois la lettre p.

{exemple} ff, ppp, sffz; ff, ppp, sffz

Ornements mélodiques

Français Anglais Allemand
anticipation anticipation Nachschlag
appoggiature appoggiatura Vorschlag
broderie US neighboring tone
GB auxiliary tone
Hilfsnote
cambiata (nota) cambiata Wechselnote
note de passage passing tone Durchgang
pédale pedal point Pedal
retard suspension Vorhalt

Nomenclature des accords

Le tableau suivant établit la correspondance entre les terminologies française et anglaise pour les accords de trois, de quatre et de cinq sons. Seuls quatre exemples d'accords de cinq sons (sur 12) sont données, les autres pouvant être facilement dérivés à partir des accords de quatre sons. Les exemples sont donnés en do majeur ou en la mineur.

Exemple Français Anglais
Accords de trois sons
Accord incomplet incomplet open triad
Accord parfait majeur parfait majeur major triad
Accord (majeur avec) quinte diminuée (majeur avec) quinte diminuée flatted fifth, major triad with diminished fifth
Accord parfait mineur parfait mineur minor triad
Accord de quinte diminuée diminué, quinte diminuée diminished triad
Accord de quinte augmentée augmenté, quinte augmentée augmented triad
Accord de sixte premier renversement, sixte sixth chord
Accord de sixte et quarte deuxième renservement, sixte et quarte (cadentiel, de passage) (cadential, passing) six-four chord
  Accords de quatre sons
Accord de septième de dominante septième de dominante, septième de première espèce dominant seventh
Accord de septième majeure septième majeure, septième de quatrième espèce major seventh
Accord de septième mineure septième mineure, septième de deuxième espèce minor seventh
Accord mineur septième majeure mineur septième majeure, septième sur (parfait) mineur minor-major seventh
Accord diminué mineur septième et quinte diminuée, septième de sensible, diminué avec septième mineure, accord (de septième) diminué mineur, septième de troisième espèce half-diminished seventh, seventh chord with flat(tened) fifth
Accord de septième diminuée septième diminuée diminished seventh
Accord de septième avec quinte augmentée septième avec quinte augmentée, augmenté septième majeure, septième sur (accord de quinte) augmenté seventh chord with raised fifth, augmented seventh
  Accords de cinq sons
Accord de neuvième majeure neuvième majeure, neuvième naturelle, neuvième majeure d'espèce ninth chord
Accord de neuvième majeure de dominante neuvième majeure de dominante dominant major ninth
Accord de neuvième mineure neuvième mineure minor ninth
Accord de neuvième mineure de dominante neuvième mineure de dominante dominant minor ninth, flat ninth
  Accords altérés
Accord de sixte italienne sixte italienne, sixte augmentée Italian sixth
Accord de sixte allemande sixte allemande German sixth
Accord de sixte française sixte française French sixth
Accord de sixte napolitaine sixte napolitaine Neapolitan sixth

Accueil | À propos du site | Liste des sujets | Pages essentielles | Bibliographie
Aide | Modifications récentes et nouvelles | Commentaires | Au sujet de l'auteur

Prix pour la promotion d'une langue de qualité dans l'enseignement collégial et universitaire
Gala des Mérites du français 2003 de l'Office québécois de la langue française

Le GDRM décline toute responsabilité quant à la validité et à la pérennité des liens Internet fournis
ainsi qu’à l’exactitude et au caractère des données qu'ils renferment.

Date de dernière modification : 2014-04-01
© Marc-André Roberge 2014
Guide des difficultés de rédaction en musique (GDRM)
Faculté de musique, Université Laval, Québec